PRESENTATION ET HISTORIQUE

I-I PRESENTATION

Par décret N°2011-263 du 28 septembre 2011 est crée la Région du Tchologo. Elle est située au nord de la Côte d’Ivoire à environ 574 km d’Abidjan. Elle est limitée

  • au nord par les Républiques du Mali et du Burkina-Faso ;
  • au sud par la Région du Hambol ;
  • à l’ouest par la Région du Poro ;
  • à l’est par la Région du Bounkani.

C’est une zone stratégique de développement de part sa proximité avec les capitales du Burkina-Faso et de la République du Mali. Elle est composée de trois Départements qui sont :

  • Ferkessédougou

.Trois Sous-préfectures (Ferkessédougou, Koumbala et Togoniéré)

. Deux communes (Ferkessédougou et Koumbala)

  • Kong

. Quatre Sous-préfectures (Kong, Nafana, Bilimono et Sikolo)

. Une commune (Kong)

  • Ouangolodougou

. Cinq Sous-préfectures (Ouangolodougou, Niellé, Diawala, Toumoukoro et Kaouara)

. Trois communes (Ouangolodougou, Diawala et Niellé)

La Région du Tchologo couvre une superficie de 17 382 km² avec une population de 467 958 habitants (RGPH 2014).

Le climat est de type soudanais avec deux grandes saisons :

  • Une saison sèche de novembre à avril caractérisée par l’harmattan avec pour points culminants décembre et février,
  • Une saison pluvieuse de mai à octobre avec des pics en août et septembre.

La pluviométrie annuelle varie entre 1000 mm et 1400 mm. Au niveau du relief on y trouve de vastes plateaux qui culminent à plus de 500 m d’altitude : mont Gorowi (S/P Bilimono) 640 m d’altitude, mont Badiakourou (Ouangolodougou) 401 m d’altitude et les chaînes de Sononi (S/P Diawala) et Ouamélhoro (S/P Toumoukoro). La Région du Tchologo a un sous-sol composé de roches métamorphiques et de granits, c’est un sous-sol très riche on y trouve de l’or (Tongon). Les principaux cours d’eau sont: le Bandama blanc et la Comoé dont l’affluant est le Laléraba qui sert de limite naturel avec le Burkina-Faso. La végétation est de type soudanien avec une prédominance de savanes arborée et herbeuse toutefois l’on y trouve des forêts galeries le long des cours d’eaux. Aux ’entours des villages on y trouve aussi des forêts clairsemées (forêts sacrés).

I-II HISTORIQUE DU PEUPLEMENT DE LA REGION TCHOLOGO

A l’origine, les populations de la Région du Tchologo était rattachée aux groupes senoufo et koulango. Ce peuplement se serait fait par groupes successifs. En termes de statistique, les Niarafolo constituent l’ethnie dominante. Elle serait venue de Gnangbo. Ensuite viennent les Pallakas venue de Dabakala, les Logons qui vivent à Koumbala et Togogniré, les Gbins venus de Banfora installés à Ouangolodougou. Les Tiembaras vivant à Diawala, Niellé et Toumoukoro sont venus du Mali. Enfin les Malinkés vivant à Kong, Ouangolodougou et Kaouara.

I-III ORGANISATION SOCIETALE

La société Senoufo est organisée autour d’une puissante valeur culturelle et spirituelle incarnée par le rite Tchologo d’où la Région tire son nom.

L’organisation traditionnelle repose essentiellement sur le Poro danse initiatique ancestrale qui a pour but la purification des citoyens en vue de leur entrée dans la société des « hommes ».

  • ECONOMIE

L’économie de la Région du Tchologo est essentiellement basée sur l’agriculture et l’élevage.

Les principaux secteurs d’activités sont les suivants :

  • SECTEUR PRIMAIRE
  1. Agriculture.
  • Cultures de rente.

Coton : 71 672 ha ; Anacarde : 8 619 ha ; Mangue : 4 951 ha ; Canne à sucre : 14 600 ha.

  • Cultures vivrières

Maïs : 50 285 ha ; Arachide : 14 274 ha ; Riz : 11 484 ha (riz pluvial et irrigué) ; Igname : 2 408 ha

  • Cultures maraîchères

Oignon : 1 604 ha ; Tomate : 5 235 ha ; Aubergine : 335 ha ; Piment : 313 ha ; Gombo : 265 ha ; Chou : 38 ha ; Concombre : 30 ha

  • Autres cultures

Néré ; Karité

  • Industrie

Le secteur industriel est peu développé. On note la présence de l’unité de traitement de coton (SECO) et de la canne à sucre (SUCAF). Il y’a aussi de petites unités de décorticage de noix de cajou et de traitement de karité.

  • Halieutique

L’élevage  est pratiqué de manière traditionnelle tant au niveau de la production bovine, caprine, porcine et avicole. Malgré de nombreux cours d’eau, la pêche et la pisciculture ne sont pas développées.

  • Activités minières

L’activité minière n’est pas encore développée malgré la présence de pierres précieuses et de nombreuses carrières de sables. L’exploitation de l’or se fait de façon artisanale en dehors de Tongon.

  • LE SECTEUR SECONDAIRE
  • Agro-industrie

Il y a des plantations industrielles de canne à sucre et de petites plantations individuelles des paysans. Ce qui à favorisé l’installation d’une agro-industrie de production de sucre à base de canne à sucre notamment la « SUCAF »

  • Tourisme et Artisanat

Le secteur de l’artisanat n’est pas bien développé. Quant au secteur touristique, malgré les énormes potentialités (mosquée de Kong, mosquée de Kaouara, parc national de la Comoé ou autre) ce secteur, faute de circuit-touristique reste en veilleuse.

  • LE SECTEUR TERTIAIRE

Le secteur tertiaire est en net progrès. On peut notamment citer l’arrivée des banques comme : (BNI-SGBCI-BICICI- BACI-CECP-BIAO) et de micro finances (COOPEC-FLEC-MUTAS-CICA)

  • SERVICES SOCIAUX
  • Education

En dépit des efforts de l’état et des collectivités décentralisées, l’école est un maillon faible du développement dans la Région du Tchologo sur lequel des efforts sont en train d’être faits par le Conseil Régional, le PPU et le PAPC. La DRENET se compose de 223 Ecoles Primaires et Maternelles ; 10 Etablissements d’Enseignement Secondaires et 05 Etablissements de formation Technique et Professionnelle. On constate également l’existence  d’écoles confessionnelles.

  • Santé

Les structures sanitaires sont en nombre insuffisant on compte dans la Région du Tchologo 02 Hôpitaux Généraux, 11 Centres de Santé Rurale et 04 Dispensaires Ruraux pour une population de 467 958 habitants (RGPH 2014).

La majorité des services administratifs est représentée dans la Région du Tchologo sauf le Palais de justice et la prison civile.

  • Infrastructures

Les infrastructures sont très peu développées et c’est pourquoi le Conseil Régional met un accent particulier sur leur réalisation  notamment les forages, les routes et  l’électrification.

shop giày nữthời trang f5Responsive WordPress Themenha cap 4 nong thongiay cao gotgiay nu 2015mau biet thu deptoc dephouse beautifulgiay the thao nugiay luoi nutạp chí phụ nữhardware resourcesshop giày lườithời trang nam hàn quốcgiày hàn quốcgiày nam 2015shop giày onlineáo sơ mi hàn quốcf5 fashionshop thời trang nam nữdiễn đàn người tiêu dùngdiễn đàn thời trang